- Ensuite, il n'explique pas comment lors de la première visite apostolique, il y a eu deux temps dans cette enquête: le premier faisait état de tout le dossier, accablant, sur Maciel. Mais Maciel, rusé, et ayant encore une grande ascendance sur ses ouailles, a réussi à les faire taire, à mettre des hommes qui lui étaient restés fidèles à des postes clés... de sorte que lorsque Valeri a envoyé deux nouveaux visiteurs apostoliques pour finir l'enquête, ces derniers se sont fait avoir en beauté (Mgr. Alfredo Bontempi et le frère Polidoro van Vlierberghe), faisant fit de toute l'enquête qui avait été faite avant eux... Pourquoi? Vous allez rire: pour la même raison que défendent mordicus la plupart des LC aujourd'hui: "on juge l'arbre à ses fruits"!!!!! Deuxième très grave erreur de prélats de l'Eglise.

- Ensuite, il ne dit pas une chose essentielle: Quelle a été la conséquence de la Visite Apostolique? Exactement la même que celle d'un virus qui n'est pas complètement éliminé par un traitement: il devient encore plus fort. Après la Visite Apostolique, Maciel est devenu IRREPROCHABLE. Et ça, c'est un point très important à prendre en compte pour expliquer pourquoi toutes les lettres de dénonciation qui ont été envoyées par la suite n'ont rien donné. Il faut bien comprendre que la Visite Apostolique avait innocenté Maciel! Désormais, il était blanchi. Le Vatican s'appuyait sur cette conclusion. D'où la gravité du manque de sérieux des deux prélats qui ont achevé la visite.

- Ensuite, il n'explique pas quelques techniques de Maciel. L'argent n'explique pas tout: les Légionnaires ont envoûté le Vatican... parce qu'ils FASCINAIENT. Maciel était un génie diabolique, et, il faut bien l'avouer, un pro de la séduction. Pourquoi a-t-il installé ses grands séminaires à quelques encablures du Vatican? Pourquoi envoyait il ses légionnaires aux fenêtres du Pape pour lui crier des tonnes de "on t'aime" chaque fois que ce dernier passait la tête par la fenêtre. Réponse: LE BLUFF!!! Comme un mauvais élève un peu malin, qui, au lieu de se cacher dans les rangs du fond, se met au premier rang et regarde la prof dans les yeux, comme pour dire "interrogez moi, je connais ma leçon"... Les Légionnaires, aussi proches du Pape, aussi présents sur la place publique, devenait dès lors irréprochables. On doute rarement des personnes qui sont devant nous.

- dans le même ordre d'idée, il faudrait également montrer comment Maciel a été bien plus rusé que Mgr Lefebvre!!! Ce dernier s'est rebellé contre l'Eglise, mais Maciel, lui, s'est servi de l'Eglise. Mais, il y a t-il dans le fond une si grande différence entre les deux? Une même vision de l'Eglise triomphante, une Eglise de l'apparence et du pouvoir... Après le Concile, Maciel a "surfé" sur les troubles agitant l'Eglise, en présentant une congrégation apparemment conciliaire, mais très enracinée dans une certaine tradition. (de fait, les séminaires légionnaires sont, ni plus ni moins, basés sur les systèmes de formations préconciliaires). Avec cette apparence de "tout est beau, tout est parfait". Grâce à cela, les vieux évêques qui voyaient tout foutre le camp et qui étaient quand même un peu nostalgiques du passé, voyaient dans la Légion une valeur sûre, et un système de formation à imiter!!

Tout cela est vraiment diabolique. Et c'est étonnant de voir comme le diable est un champion, pour se donner des apparences de sainteté irréprochable.